dimanche, janvier 07, 2007

Ras-le-bol d'une piétonne!

Après quelques hésitations à éditer les trois billets ci-dessous, et aussi parce que l'"actualité" de mon blog était déjà bien prise avec mes mésaventures internautiques et les voyages spatiaux-temporels de mon appareil photo, je retardais de publier ces anecdotes du quotidien d'une piétonne de nos jours, dans une ville moyenne de notre beau, mais parfois rustre, pays.

Voilà, je vous livre tout ça, parfois, c'est écrit posément, parfois, un peu plus à chaud...

"Leçons d’incivilité !

Lundi 20 novembre 2006

Ce matin, lundi, alors que je marchais sur un trottoir dans un lotissement, j’arrive à hauteur d’une maison, devant laquelle, le propriétaire, lui-même sur le trottoir, est en train de « nettoyer » le dit trottoir devant son portail à grand jet d’eau.

J’arrive à sa hauteur, et je m’arrête, ne pouvant passer sans être arrosée. J’attends sagement que cet homme, âgé entre 60 et 70 ans à peu près, coupe l’eau pour me laisser passer. Mais non, il continue, m’ignorant ostensiblement. Très poliment, je lui demande si je pourrais passer.

Et, tout en arrêtant son jet, il me montre la route, l’emplacement où sont garées des voitures, et me dit, d’un ton bourru: « vous avez un chemin là » !

-Mais, là c’est la route !

Et lui de répondre :

-Les trottoirs, c’est fait pour les chiens ! »

Ca m’a un peu énervée, je me suis dit que ce n’était pas la peine d’avoir des années de vécu pour n’avoir rien appris en matière de correction, et que c’était là un vrai problème de société : l’incivilité.

Il n’existe pas de loi à proprement parler pour combattre cela. Seuls, le respect et l’intelligence peuvent l’éviter.

Parce que rechigner à laisser passer une personne parce que « Monsieur » nettoie son bout de trottoir à grand jet d’eau (vive les économies d’eau !), jusqu’à tenter d’obliger les gens à aller sur la route… C’est le monde à l’envers. Si maintenant, les piétons n’ont même plus le droit de marcher tranquillement sur ces aires qui leur sont réservées…

Et je peux vous assurer que ce n’était pas un "jeune " !!!

Comme quoi, l’incivilité, l’impolitesse, le manque de respect ne sont pas une question d’âge, et que si les « vieux » ne montrent pas l’exemple, il ne faut s’étonner de rien.

Lundi 18 décembre 2006

Un mois plus tard, toujours un lundi, encore un exemple de la dégénérescence galopante de notre société, et une illustration, que, hélas, ce n’est pas une question d’âge, et que l’avenir de notre Planète me parait bien compromis lorsque je vois que la bêtise et la haine se développent bien plus vite que l’intelligence et l’amour.

Ce matin donc, finissant une ballade à pieds de deux heures dans un bois, j’arrive à un carrefour sur mon itinéraire de retour, j’attends que le feu des piétons passe au vert, et quand c’est le cas, je traverse, « obligeant » la voiture, qui arrivait en face et tournait vers moi, à ralentir et s’arrêter pour me laisser finir de traverser.

Je ne sais pas pour vous, mais tout ça me parait bien normal.

Mais voilà, que le gamin assis sur le siège passager, âgé de 13 ans à peu près, complètement vautré, me dit, sa fenêtre grand ouverte : « surtout prend bien le temps de regarder où tu traverses », l’air de dire que je prenais trop mon temps. Je précise que je suis avec ma chienne, et donc, je fais attention à ce qu’elle me suive bien. En tout cas, le fait que je traverse ne lui a pas plu. Enervée, je l’avoue, je lui ai rétorqué « je t’emmerde ! ». Bon c’est pas joli joli, mais quand on se fait agresser par un morveux sans raison, ça énerve ! Surtout, lorsque marcher dans une ville devient un vrai parcours quotidien du combattant, où l'on risque à chaque fois de se mettre en danger!

Et là, le gosse de me lancer un chapelet d’injures bien communes et sexistes. Je me suis demandé qu’elle était l’attitude du conducteur, père ou mère. Et puis je me suis dit que le fils devait être à l’image du parent, et c’est à ce moment-là, que j’ai pensé que pour l’avenir de notre société, c’est plutôt râpé.

Et dire que dans quelques jours, ce sera Noël, que tout le monde, ou presque, fête… Moi, non. Je suis trop dégoutée de toute cette hypocrisie. La fête de Noël est la fête de l’amour, et ce sont des milliers d’êtres plus méchants que bêtes (oui, oui, dans ce sens…) qui vont fêter ça. Je ne veux pas être complice de cette mascarade.

Noël, c’est tous les jours ou jamais… pour qu’il y ait un sens réel.

Vendredi 05 janvier 2007,

Et je pourrais rajouter toutes les fois où des automobilistes, bien calés dans leur voiture, se sachant à l’abri, ont failli, en toute connaissance de cause, m’écraser, se disant, que de toutes façons, ils et elles ne risquaient pas grand-chose, et que c’est moi qui allait forcément reculer… moi, piéton fragile et sans armure…"

Je précise que je suis aussi automobiliste, et que j’ai, comme éthique à laquelle je me tiens, de toujours laisser passer les piétons qui veulent traverser !!! Et que je continuerais, même si je ne vis pas la réciprocité aussi souvent qu’il le faudrait. Il y a toute une mentalité à changer pour vivre ensemble, mais ces incidents me désespèrent parfois quant à l’évolution des rapports inter humains…D’ailleurs, y a t il vraiment évolution depuis l’émergence de l’homo-sapiens ?"

7 Comments:

Blogger Nevrosia said...

Aaaah ma chère thalys le combat sera long et fastidieux ! Si tu savais comme j'ai pu pester contre les propriétaires de voitures qui se garent sur les trottoirs et qui me forcent à marcher sur des routes dangereuses, lorsque je pars en ballade avec mes enfants. Aux feux même si le feu est rouge je fais toujours très attention car entre ceux qui "anticipent" le passage au vert et ceux qui grillent le feu rouge, une simple ballade se transforme parfois en parcours du combattant ! Le pire c'est que lorsque je m'arrête en voiture pour laisser passer un piéton, je me fais klaxonner par les voitures qui se trouvent derrière moi :-(

08 janvier, 2007 22:11  
Blogger thalys said...

Ah oui! c'est vrai! Ca m'arrive aussi : je laisse passer les gens, et derrière, des furieux(ses) qui klaxonnent, et que je vois hurler dans mon rétro!
C'est fou tout ça! Et effectivement, ce ne sont plus des sorties, mais des parcours du combattant comme tu le dis.
Et parfois, je reste toute surprise quand des automobilistes s'arrêtent (parce que, heureusement, il y en a), pour me laisser passer. J'ai un temps d'hésitation, en me demandant si je ne rêve pas.

En tout cas, c'est sûr, à pied ou à vélo, il faut être constamment sur ses gardes, toujours prudent.

09 janvier, 2007 14:03  
Anonymous Pascal (Atman) said...

Bienvenue au club...
Pour ma part, je vais au travail pratiquement tous les jours à pied (sauf quand il pleut trop). Cela me fait 4km aller et 4km retour. Donc je peux dire que je risque ma vie tous les jours! Je me retrouve parfaitement dans ce que tu racontes... Quand je conduis, je respecte les autres qu'ils soient à pied, en vélo ou en auto. Il y a des fois ou je me dis que je dois être le seul abruti à me soucier des autres comme ça... Donc ton article me rassure de ce coté là ! Non, je ne suis pas seul!
Ton article me fait du bien, il reste encore sur terre des personnes sensées... Merci!

11 janvier, 2007 22:11  
Blogger thalys said...

Je ne suis pas étonnée d'apprendre que tu es un "marcheur". Ca cadre bien avec l'idée que j'ai de toi, ton éthique, ta philosophie de la vie, toutes ces choses que nous finissons par découvrir de nous à travers les blogs... Et en plus ça me fait plaisir.

Moi aussi, je suis rassurée de savoir que je ne suis pas seule à préférer aller à pieds ou à vélo, même si j'ai une voiture. Et je vais à mon stage tous les jours en vélo... même lorsqu'il pleut! (là, c'est par solidarité pour mon fils qui va au bahut en vélo lui aussi quelque soit le temps! Alors, si lui le fait, pourquoi pas moi? En plus, ici, le temps est plutôt clément... surtout cette année;-))

C'est une qualité de la "blogosphère" de nous sortir de notre isolement, et de nous montrer que, non, nous ne sommes pas seuls dans ce cas.

Petite remarque : finalement, même sans jamais se voir, nous sommes quand même attirés par les bloggueurs qui nous ressemblent! Comme quoi, les affinités ne passent pas par les apparences...

Et encore un point commun avec toi;-))))

12 janvier, 2007 15:47  
Anonymous zara said...

Ah oui, il y a eu evolution, mais vers l'arrière...depuis qu'on a inventé la roue, ou plutot la quattre roues, en s'est mis à descendre au lieu de monter...combien de fois dans la rie je ne me fais pas insulter, combien de fois les motards ne me donne pas des coups de pieds dans la voiture, juste parce que je ne bouge pas assez vite pour eux? Combien de fois les gens ne me bousculent pas dans les supermarchés, sans pour autant savoir dire "pardon", ah, l'education, la civilté, ce sont des mots, mais je crois qu'ils n'ont plus de signification pour certaines personnes!

16 février, 2007 17:43  
Blogger thalys said...

Ah ça alors!
Alors que je suis sur ton blog et que je signe la pétition contre l'excision, tu es toi, sur mon blog! : je reviens, et je vois un nouveau message, et c'est toi! c'est vraiment rigolo! On s'est rendu visite en même temps.
Et je suis tout à fait d'accord avec toi. Sortir devient une agression! Les gens sont pleins de haine, d'agressivité, comme si on était tous des ennemis.
Et il faut garder le gout de la vie, et préserver la joie de nos coeurs. C'est pas tous les jours évident!

16 février, 2007 18:30  
Anonymous Raksha said...

J'ai du pot car je me fais rarement agressé par les autres, faut dire que mon village est tellement désert dans la journée que ça risque pas !! Les rares fois où ça m'arrive, je suis tellement grossière envers la personne qu'elle ne sait plus du tout quoi répondre...L'école de la rue rends fort !! Bon courage dans ce monde de fous

05 mars, 2007 09:03  

Enregistrer un commentaire

Links to this post:

Créer un lien

<< Home