mardi, mars 24, 2009

Frères humains, devenez végétaliens... vegans!

Parce que l'humain est décidement un être qui n'est sensible qu'à lui-même ou à ceux dans lesquels il se retrouve, voici l'extrait d'un article paru dans le nouvel obs de Doan Bui, qui fera voir le problème des élevages autrement.
et peut-être comprendre l'urgence de devenir végétalien, voir vegan!
parce que les végétariens sont aussi consommateurs des vaches, à leur insu peut-être mais effectivement pourtant : le lait des vaches vient des vaches qui sont tuées dans les abattoirs au bout de 5 ans. Leurs veaux leur sont enlevés et tués à plus ou moins long terme pour être consommés par les humains et les non humains de compagnie. Les fromages sont faits à base de présure animale pour la majorité, qui est une partie de l'estomac des veaux nouveaux-nés qu'on découpe quelques moments après leur naissance et les avoir, eux aussi, tués.
C'est pour tout ça que de végétarienne, puis végétalienne, je suis devenue vegan depuis le 1er février 2009.
Et voici l'article pour les sceptiques!

Extrait du nouvel obs.
Les bovins ruminent 30% de nos céréales
Frères humains, devenez végétariens !
Il suffirait de renoncer à la viande pour soulager la pénurie de grains tout en préservant l'environnement et notre santé

"L'élite intellectuelle dans les pays développés trouve parfaitement normal de s'inquiéter de la surpopulation dans le monde, mais elle oublie toujours un fait. La vraie surpopulation, c'est celle du bétail." L'auteur de ces phrases n'est pas un vachophobe excentrique ou un végétarien fanatique mais l'économiste américain Jeremy Rifkin, auteur, entre deux essais sur le travail ou les nouvelles technologies, du passionnant «Beyond Beef», un essai sur l'impact dévastateur de l'industrie de l'élevage. Surpopulation ? Avec 1,4 milliard de vaches, notre planète croule en effet littéralement sous le bétail : le poids cumulé de tous ces ruminants est supérieur à celui de toute la population humaine avec ses 6 milliards d'habitants ! Et c'est de pire en pire. La production de viande a été multipliée par cinq depuis les années 1950, pour passer à 265 millions de tonnes. Et devrait encore doubler sur les vingt années à venir.
De quoi affoler les experts en alimentation, qui se demandent bien comment la terre pourra nourrir les 3 milliards d'humains supplémentaires de ces prochaines décennies. La concurrence entre les animaux d'élevage et les hommes s'annonce très rude. Car 80% de l'alimentation animale proviennent de cultures qui conviendraient également à la consommation humaine : maïs, soja. A l'ère de l'élevage industriel, nos bêtes accaparent à elles toutes seules 60% de la production mondiale de céréales, soit 670 millions de tonnes ! Un volume qui suffirait amplement à nourrir les 850 millions d'êtres humains souffrant de malnutrition. En fait, d'un point de vue malthusien, la viande n'est pas «rentable». On estime qu'un végétarien consomme en moyenne 180 kilos de grains par an alors qu'un consommateur de viande en gaspille 930 kilos par an. Pour comparer le rendement de diverses spécialités agricoles, les agronomes calculent un taux de conversion alimentaire qui correspond au rapport entre le nombre de protéines consommées et produites. Pour obtenir 1 calorie de poulet, il faut ainsi environ 4 calories de nourriture végétale. Idem pour le porc ou les oeufs. Pour le lait, on grimpe à 8. Et pour le boeuf, à 17, voire bien plus ! En comparaison, la pomme de terre est bien moins gourmande, son taux de conversion n'étant que de 0,46. Et encore, on ne compte pas les besoins en eau : pour produire 100 grammes de boeuf, il faut 25 000 litres d'eau.


Glouton, notre cheptel est aussi expansionniste. Au total, l'élevage et la production des aliments pour le bétail squattent 78% des terres agricoles mondiales, soit 30% de toute la surface du globe, trois fois plus qu'en 1960. «Sur un hectare de terrain, un agriculteur peut nourrir une trentaine de personnes s'il le consacre à la culture de légumes ou de fruits. S'il produit des oeufs ou de la viande, le ratio passe à cinq personnes. Et à beaucoup, beaucoup, moins, s'il ne s'agit que de viande rouge», dit ainsi Bruno Parmentier, auteur de «Nourrir l'humanité» et directeur de l'Ecole supérieure d'Agriculture d'Angers.

Des périls verts à quatre pattes
Le plus insensé ? C'est que toute cette bidoche est en priorité destinée à 0,1% de la population de la planète, l'infime petite minorité des riches de ce monde. Notre consommation de viande est passée de 30 kilos par personne et par an en 1919 à plus de 100 kilos aujourd'hui. C'est trois fois plus que la quantité préconisée par les organismes de santé. Non seulement notre régime carnivore affame la planète, mais il nous tue aussi par la recrudescence des maladies de «biens nourris» : accidents cardiovasculaires, diabète, obésité...
Et pour ne rien arranger, il contribue au réchauffement climatique. Selon un rapport publié en 2006 par la FAO, l'élevage est responsable de 18% des émissions des gaz à effet de serre. Soit plus que le secteur des transports ! Avec leurs flatulences chargées de méthane, leurs tonnes de fumier gorgé de gaz hilarant, le fameux NO2 également des plus nocifs, sans compter les émissions d'ammoniac synonymes de pluies acides et leurs déjections qui polluent les nappes phréatiques, nos charmants bovins sont des périls verts à quatre pattes. L'extension de leurs pâturages fait des ravages. En Amérique centrale, 20% des zones sylvestres ont déjà été ratiboisées. Et c'est encore pire au Brésil, où 38% de l'Amazonie ont été sacrifiés pour les bovins. Une déforestation qui s'accélère avec les immenses plantations de soja destinées à nourrir nos vaches, toujours elles. Mon royaume pour une entrecôte.


Doan Bui
Le Nouvel Observateur

chaussures vegan se prélassant au soleil!

7 Comments:

Anonymous nando said...

Très fleur bleue tes chaussures. Euh non ! fleur jaune ;-)

Et ça se fait des chaussures vegannes avec lacés ?

09 avril, 2009 15:28  
Blogger Luciole said...

Je voulais te dire un grand Bravo pour ton site! Ca fait plaisir de voir que des personnes lucides, responsables, ouvertes, généreuses et sensées existent (il y en a trop peu), et en ce qui te concerne artiste par dessus le marcher ! Une bouffée de fraicheur,de voir tes photos et tes toiles sont impressionnantes!

12 avril, 2009 21:43  
Blogger Luciole said...

(au fait, merci pour ton commentaire sur mon blog antispéciste. En fait je n'y ai plus accès depuis des années sauf pour répondre à certains commentaires. Il date et est maladroit mais les info sont là, toujours d'actualité)

12 avril, 2009 21:54  
Blogger Thalys said...

Merci Luciole!!
je ressens le même plaisir et surement du réconfort aussi quand je visite des blogs comme les tiens(même maladroits lol), ou des sites antispécistes, vegans... C'est sûr qu'il y a peu de personnes qui partagent nos points de vue, ou parfois ce sont des gens trop agressifs qui deviennent vite nuisibles en fait!!!
j'essaie de faire partager juste ce que je ressens, et parfois ça plait, parfois ça déplait, mais qu'importe, j'assume ce que je suis et ce que j'aime, car c'est la paix, l'harmonie et la franchise(qui est le contraire du mensonge et de l'hypocrisie)
en un mot, la VIE respectée!

12 avril, 2009 23:58  
Anonymous Vincent said...

Tu confonds les termes en disant qu'un végétalien boit du lait...Un végétalien ne boit pas de lait, ne mange pas d'oeufs, ni miel, cnotrairement à un végétarien qui ne mange pas d'animaux morts mais qui mange des produits issus d'animaux (lait, oeufs, miel). Un vegan, en plus, n'utilise AUCUN produit de source animale ou ayant été testé sur un animal. Source: n'imporete quel dictionnaire.
Perso je suis un gros mélange, ça dépend de mon budget: je n'achète pas de nourriture animale mais je ne suis que végétarien quand je voyage, et il m'arrive de manger un morceau de fromage ou un produit avec des traces d'oeufs ou de lait si c'est gratuit (genre 5 fois par an); pas de cuir, pas de laine sauf exception (bonnet et gants pour un trek au Népal). Niveau cosmétiques quand j'ai un peu d'argent j'achète des produits non testés sur animaux. Et j'ai une paire de chaussures vegan.Pas facile quand on est pauvre...En tout ton article est bien!

06 mai, 2009 21:02  
Blogger Thalys said...

Oh! zut! c'est une erreur de frappe!!
Bien sur que je voulais dire végétarien!!! bon je me permets de rectifier mon post!! merci Vincent!!
bon de toute façon, on comprend que c'est une petite erreur puisque je finis bien mon article en invitant à passer de l'état de végétarien à végétalien et/ou vegan!!! ;-)))

06 mai, 2009 21:28  
Anonymous héhé said...

Suis passée chez l'ami Dingo et tite curieuse je te découvre.
Suis pas encore végétalienne, j'essaie, mais j'aime tellement les desserts (donc les œufs, je ne crois pas que je pourrais m'en passer).
Les laitages, oui.
Suis contente de te trouver, on est si peu nombreux.

04 mars, 2010 17:32  

Enregistrer un commentaire

Links to this post:

Créer un lien

<< Home